AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
75
144
72
80

Partagez | 
 

 Les soirs de bal, la piste brille plus que les étoiles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ϟ parchemins : 63 ϟ Gallions : 155 ϟ Âge : 15 ϟ Sang : pur ϟ Année d'étude : 5ième Age : 37
Serdaigle • Cinquième année ─
MessageSujet: Les soirs de bal, la piste brille plus que les étoiles   Sam 30 Mai - 20:31

Maximilian avait toujours du mal à y croire : il n'était plus célibataire, plus puceau, sa relation avec sa petite amie se déroulait à merveille et ils allaient participer à un bal pour Halloween ! Tout allait si bien qu'elle lui avait même fait une proposition de costumes assortis : Poison Ivy et Batman. N'étant pas un féru de culture moldu, il avait dû s'en remettre à elle pour les détails mais il avait essayé de se documenter dans l'intervalle. Merlin que les "comics" étaient compliqué pour des ouvrages aux images fixes ! Au moins il avait une vague idée de qui était le personnage qu'il allait incarner et il lui plaisait vraiment.
Il eut quelques difficultés pour enfiler et ajuster son costume, à croire qu'il s'agissait de l'armure originale. Mais le masque trois-quarts offrait deux avantages : il protègerait sa cicatrice des agressions extérieures et il pourrait même mettre un bandeau enduit d'un baume apaisant qui le soulagerait tout au long de la soirée.
Aussitôt prêt, il sorti de son dortoir et fila vers le lieu de rendez-vous qu'ils avaient convenu dans le parc. Il y serait bien en avance, préférant de loin attendre qu'être attendu.

* Je me demande ce qu’elle va porter ? Pas que je doute que ça lui aille, avec un physique comme le sien on peut tout se permettre. C’est de la bête curiosité… Je sais pas exactement qui c'est Poison Ivy moi ! Diable, je ne me suis jamais senti aussi mal dans mes bottes ! C'est la première fois que je vais à un bal faut dire ! *

Il leva les yeux vers le ciel pour apprécier l’heure, il était effectivement un peu en avance, comme d’habitude. Le temps était clément et la nuit s’annonçait des plus étoilée… Le cadre idéal en somme. Ils avaient pris rendez-vous non loin de l’entrée officielle. Par commodité d’abord, parce que l’on se doit d’arriver au bras de sa cavalière ensuite et enfin, même s’il ne l’avait pas exprimé, parce que lui voulait avoir l’honneur d’apparaître aux autres à son bras. Un craquement le tira hors de sa contemplation du ciel et le fit se retourner vivement.
Mais ce n’était qu’un couple d’élèves qui allaient au bal en bavardant, des troisième années songea-t-il en les regardant d’un œil noir.

* Merlin ! Ils m’ont fait sursauter ces petits cons ! Et pourquoi ils m’ont fait sursauter d’ailleurs ? Depuis quand je sursaute quand j’entends un bruit derrière moi dans le parc ? Aller, je me calme, l’heure arrive, je dois être au mieux. *

Instinctivement, l’élève de Serdaigle passa sa main dans ses cheveux pour vérifier que sa coupe était bien en place mais ses doigts se heurtèrent à la coque de son masque quasi-intégral. Tout avait l’air d’aller. Il souffla un bon coup, vidant tout l’air de ses poumons avant de se redresser et de rajuster son costume.

Au loin, il entendait les musiciens se préparer, ils seraient parmi les premiers arrivés.
Un nouveau bruit attira son attention, infiniment plus discret que le précédent. Il tendit l’oreille pour mieux entendre : un bruit régulier et léger mais très énergique, c’était la démarche de Meredith, il en était persuadé. Son cœur s’accéléra soudain et sa gorge s’assécha.

* Calme-toi Maximilian ! Ce n’est que ta cavalière… *

Il se retourna, un sourire élégant sur le visage et tendit la main afin d’accueillir celle de la jeune Poufsouffle pour la tirer vers lui et l'embrasser.

- Bonsoir Mery… Ou dois-je t'appeler Ivy ce soir ?

Elle était vraiment magnifique, peut-être encore plus que d'habitude, comme si atteindre une telle adéquation entre son costume et son être profond créait une alchimie décuplant encore son charme naturel.

- Quoi qu'il en soit, j'ai un bouquet pour toi. Ou plutôt, j'en aurai un dès que tu m'auras dit ce que tu préfères entre roses, orchidées ou pivoines ?

Le jeune homme ouvrit la main et révéla une poignée de graines. Il avait appris un sortilège qui les ferait pousser et les transformerait en bijoux le temps de la soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ parchemins : 178 ϟ Gallions : 396 ϟ Âge : 16 ans ϟ Baguette : Bois de Pin, Plume de Phénix, 32.4 centimètres, plutôt souple ϟ Sang : Pur ϟ Année d'étude : Sixième année
Préfète Poufsouffle • Sixième année ─
MessageSujet: Re: Les soirs de bal, la piste brille plus que les étoiles   Sam 30 Mai - 22:27

Si on m’avait posé la question une semaine avant, j’aurais déclaré que je ne vivrais pas jusqu’au bal. Parce que mon costume m’aurait tuée avant. Qu’est-ce qu’il m’avait pris de choisir Poison Ivy?! J’avais écouté Hippolyte, qui était un puit de science en matière de comics comme disaient les moldus.

Trouver la base n’avait pas été difficile : une robe verte très courte. Trop courte, m’avait signalé ma mère, et j’avais eut la gentillesse de prendre la peine de lui renvoyer un hibou pour lui expliquer que je comptais la rallonger. Ca avait été le plus dur : faire pousser le lierre et l’ensorceler pour qu’il se fonde dans la robe. Je m’étais pratiquement arraché les cheveux, mes oreillers en avaient bavé mais j’y étais finalement arrivé!

Le soir du bal, j’avais donc enfilé ma robe, glissé quelques feuilles dans mes cheveux que j’avais fait pousser à l’aide d’une lotion magique et étalé du maquillage sorcier sur ma peau pour qu’il n’y aie aucun risque de bavures. Dix minutes avant l’heure du rendez-vous, j’étais encore à me regarder dans le miroir, en me demandant si Maximilian aimerait mon costume et, surtout, s’il me trouverait jolie. Mais j’étais à court de temps si je voulais arriver à l’heure.

Autant à l’intérieur du château je m’étais sentie presque angoissée, ce qui était parfaitement ridicule, autant une fois dehors je m’étais sentie mieux. Un léger vent fit bruisser mon costume et je ne pus m’empêcher de sourire : j’avais vraiment réussi mon coup. Le tissus vert mousse de la robe bustier couvrait ma poitrine puis se fondait dans le lierre qui descendait jusque environ 10 centimètres au-dessus de mes genoux à l’avant et jusqu’à mes chevilles à l’arrière. Sur mes avant-bras, j’avais fixé de petites feuilles de lierre et mes chaussures (des bottines de cuir souple) en étaient couvertes elles aussi.

« Seulement si je dois t’appeler Batman! A moins que tu ne préfères Monsieur Wayne... »

Répliquais-je, alors que mon coeur avait fini de s’alléger quand il m’avait embrassée. J’avais toujours un peu de mal à réaliser à quel point l’avoir auprès de moi me rendait heureuse. Je fus intriguée quand il me parla d’un bouquet, alors que je n’en voyais aucun, puis je me mit à sourire à ses explications.

« Les roses seraient d’un banal achevé! Les orchidées sont un classique également alors... Pourquoi pas des pivoines aussi rouges que mes cheveux et que ton costume? »

Suggérais-je, en posant ma main sur la chauve-souris qui s’étendait sur son torse. Je l’observais transformer les graines en bijoux et le laissais me les mettre avant de glisser mon bras autour du sien et de l’entraîner vers le bal.

« Allons danser! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ parchemins : 63 ϟ Gallions : 155 ϟ Âge : 15 ϟ Sang : pur ϟ Année d'étude : 5ième Age : 37
Serdaigle • Cinquième année ─
MessageSujet: Re: Les soirs de bal, la piste brille plus que les étoiles   Mar 2 Juin - 17:10

Après avoir posé la graine sur le poignet de Meredith, il ne fallu qu'un murmure inaudible et quelques gestes à Maximilian pour faire pousser un bouquet chatoyant. Les racines s'enroulèrent doucement mais fermement autour de l'avant bras tout en fleurissant ça et là pour former comme un long gant de fleurs et de feuilles. Ce bouquet n'aurait pu mieux convenir à ce costume et il était plutôt fier du résultat.
Ce sortilège cependant, était particulièrement éprouvant pour le végétal qui se flétrirait et tomberait en poussière aux premières lueurs du matin, au mieux. Un faible prix à payer pour voir briller les yeux de celle qu'on aime tout un bal durant.
 
- Et te voilà parée !
 
Il prit son bras et commença à marcher avec elle jusqu'au lieu de la fête. Comme d'habitude, le corps enseignant avait fait les choses en grand et il y aurait fort à parier que de nombreuses surprises ponctueraient la nuit.
 
- Et comment que nous allons danser ! Répondit-il avec enthousiasme. J'avoue que j'avais un peu peur au début mais il n'y a plus que toi qui compte depuis que tu es arrivée alors je ne te refuserai aucun plaisir. Et puis, en y réfléchissant bien, avec ce masque, je suis presque incognito.
 
Il rit en franchissant la ligne de flambeau et observa la disposition des lieux afin de pouvoir se repérer plus tard. Savoir où aller chercher un verre ou une pâtisserie peut devenir important quand la fatigue prélève son du aux heures les plus sombres de la nuit. Il aurait aussi pu repérer les coins sombres idéaux pour les amoureux mais compte tenu de la "violence" de sa relation avec sa petite amie, ils auraient de toute façon mieux fait de retourner au château s'ils ne voulaient pas être entendus.
 
- Bon, il semblerait que les musiciens ne soient pas encore tout à fait en place. Que dirais-tu de commencer par prendre des forces ? Puisque nous sommes ici ensemble, il me parait évident qu'on ne va pas passer beaucoup de temps à user les chaises, je me trompe ?
 
Les deux jeunes gens étaient aussi énergiques et excités l'un que l'autre, autant dire qu'ils auraient besoin de se dépenser pour ne pas devenir intenables.
Tel le gosse qu'il était, au fond, l'élève de Serdaigle regardait partout et s'émerveillait de tout. Et tel le sale gosse qu'il était, aussi, il n'hésita pas à se moquer de quelques costumes soit un peu ridicules, soit carrément hors thème. A voix basse, à l'oreille de la préfète de Poufsouffle certes, mais tout de même. Il dut toutefois avouer que certains costumes étaient particulièrement impressionnant, et pas que chez les professeurs. Certains élèves avaient fait de sacrés efforts pour briller au cours de la soirée. Lui-même estimait ne pas avoir à rougir, il se serait donné une assez bonne note. Finalement, c'était une occasion de biaiser l'échelle absurde de l'apparence et ça lui plaisait assez. En plus, il était de loin avec une des plus jolies filles de l'école, costumée ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ parchemins : 178 ϟ Gallions : 396 ϟ Âge : 16 ans ϟ Baguette : Bois de Pin, Plume de Phénix, 32.4 centimètres, plutôt souple ϟ Sang : Pur ϟ Année d'étude : Sixième année
Préfète Poufsouffle • Sixième année ─
MessageSujet: Re: Les soirs de bal, la piste brille plus que les étoiles   Mar 2 Juin - 19:48

« Par la barbe de Merlin, c’est magnifique! »

M’étais-je exclamée à la vue de la manche de fleurs qui avait poussé le long de mon bras. Nous étions manifestement arrivés tôt : il y avait assez peu de monde mais on voyait déjà de superbes costumes. A mon grand étonnement, les professeurs avaient joué le jeu et s’étaient déguisés eux aussi.

« Tu ne me croiras peut-être pas, mais moi aussi j’avais un peu peur! »

Soufflais-je à l’oreille de Maximilian, comme un secret. J’avais crains qu’il ne vienne pas. Il avait été un peu difficile à convaincre et, jusqu’à le voir, je m’étais demandée s’il ne finirait pas par changer d’avis et me planter là. Autant dire que je me sentais un peu ridicule d’y avoir pensé, maintenant. Mais tout cela fut bien vite oublié quand il se mit à rire et que je ne pus m’empêcher de faire de même. Quelle importance, si je ne savais pas pourquoi je riais?

« Tu me poses la question sérieusement? Je ne refuse JA-MAIS à manger! Et effectivement, sauf en cas de mal de pieds carabiné ou de grosse dalle, il est hors de question que je pose mes fesses sur une chaise à un bal! »

Voilà que je trépignais d’impatience, maintenant! J’en aurais pratiquement fait des bonds sur place si je n’avais pas tenu Maximilian par le bras. Le pauvre ne méritait vraiment pas que je le secoue comme un prunier. Je décidais donc de l’entraîner vers les buffets qui regorgeaient de plats et de douceurs en tout genre. Ca avait l’air tellement appétissant que mon estomac se mit à gargouiller.

« Ben dis donc! Là, c’est un cas de force majeure : j’ai FAIM, alors on va s’asseoir le temps de manger un bout, parce que c’est pas bon de manger debout! »

Inutile de dire que mon assiette fut très vite remplie par une véritable montagne de nourriture. J’avais un peu regardé Maximilian se servir, et j’avais essayé de prendre des choses différentes pour que ce savant fou de l’alimentation n’aie pas à faire trente-six aller et retours au buffet.

« T’as le droit de piquer chez moi si tu me fais goûter les trucs bon! »

Précisais-je, alors que je tirais ma chaise pour être plus proche de lui. Les repas où on se regarde dans le blanc des yeux n’étaient pas spécialement mon truc, je préférais nettement être à ses côtés. En plus, c’était plus pratique pour commenter les costumes et ricaner tous les deux. J’étais une vraie commère quand je m’y mettais, et il y avait de la matière ce soir! Le plus beau, c’était qu’il riait autant que moi. Après quelques bouchées, je fis un petit signe à un elfe de maison pour lui demander des boissons.

« On voudrait deux Bièraubeurre, s’il vous plaît. »

Aussitôt demandé, aussitôt la petite créature fila chercher la commande. Et ce fut seulement à ce moment-là que je me rendis compte que je n’avais même pas consulté mon petit ami à ce sujet.

« Oh, pardon, tu aurais peut-être préféré autre chose? On pourra lui demander quand il revient si tu veux. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ parchemins : 63 ϟ Gallions : 155 ϟ Âge : 15 ϟ Sang : pur ϟ Année d'étude : 5ième Age : 37
Serdaigle • Cinquième année ─
MessageSujet: Re: Les soirs de bal, la piste brille plus que les étoiles   Mer 3 Juin - 12:16

Maximilian ne put s’empêcher de penser qu’effectivement, voir Meredith refuser une invitation à un buffet à volonté était impensable, tout simplement. Il nota également qu’elle garnissait abondamment son assiette pour lui permettre de s’adonner à sa lubie favorite. Il avait eu la même idée et quand ils se rejoignirent à table, ils avaient deux petites montagnes devant eux.
 
- Bien, on a de quoi voir venir on dirait ! De quoi tenir un siège même. Constata-t-il en prenant deux amuses-bouches à disséquer. Dis-moi, Tu penses quoi des fromages français ? Que je sache si je te fais essayer des assemblages du genre Roquefort/noix et amendes.
 
En effet, il valait mieux être prudent avec la fromagerie française. C’était une culture gastronomique très différente de l’anglaise et le choc pouvait être violent s’il n’était pas préparé correctement. Il aurait été dommage de devoir écourter la soirée pour cause de dérangements gastriques.
Lorsque sa petite amie commanda deux bièraubeurres puis s’excusa de ne pas lui avoir demandé son avis, le jeune homme lui sourit.
 
- Des bièraubeurres ça sera parfait t’inquiète. Comme ça j’aurais plus de chance d’arriver à mes fins quand le bal sera fini.
 
Il lui adressa un clin d’œil à la fois complice et sournois. Très hésitant et en quête de découverte au début de leur relation, il commençait à s’affirmer doucement et il s’avérait qu’il était un amant très gourmand et de plus en plus dominateur.
Il passa son bras autour de ses hanches fleuries et posa un instant sa tête sur son épaule.
 
- Tu es prévenue maintenant. Je verrais à ta consommation si tu comptes me résister ou pas, petite fleur.
 
Quelques mets modifiés finirent leurs vies entre ses dents implacables.
Les berges commençaient doucement à se remplir et l’orchestre avait commencé à jouer. Il observa la piste de danse d’un air critique : Beaucoup de jeunes gens hésitaient à se lancer, certains attendaient la danse d’ouverture officielle mais quelques uns n’hésitèrent pas, eux, à s’échauffer.
Les amoureux avaient bien entamé leurs assiettes quand le coup de trompette annonçant l’ouverture officielle résonna. Il prit la main de sa belle et l’invita à se lever.
 
- On ne va quand même pas rater l’ouverture !? De toute façon nos assiettes nous attendrons sagement ici. Tu sais valser ?
 
Car la danse inaugurale serait forcément une valse, il en était et en serait toujours ainsi dans tous les bals du monde. Et heureusement, l’élève de Serdaigle maitrisait cette danse plus que correctement. D’un balayage du regard, il jaugea le niveau de l’assistance qui était très variable, allant du babouin pataud au danseur chevronné. Un grand Diable rouge semblait d’ailleurs s’en donner à cœur joie, volant de demoiselle esseulée en demoiselle esseulée avec une aisance tout a fait digne du tentateur qu’il était censé incarner. Il dansa peut-être avec trois filles à la fois, c’était dur à dire car la préfète de Poufsouffle monopolisait à elle seule les deux tiers de son attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ parchemins : 178 ϟ Gallions : 396 ϟ Âge : 16 ans ϟ Baguette : Bois de Pin, Plume de Phénix, 32.4 centimètres, plutôt souple ϟ Sang : Pur ϟ Année d'étude : Sixième année
Préfète Poufsouffle • Sixième année ─
MessageSujet: Re: Les soirs de bal, la piste brille plus que les étoiles   Mar 9 Juin - 21:13

« Euh... Je suis pas sûre d’en avoir déjà mangé. Ou tu parles des fromages qui puent affreusement? Si tu n’as pas peur pour mon haleine, j’suis prête à tester! »

Heureusement, au moins neuf fois sur dix, c’était plus impressionnant que la table qu’en bouche. Enfin, au niveau du goût! Après, pour l’haleine... L’important c’était d’être symétrique. Si on puait du bec tous les deux, ce n’était pas très grave. Là où ça posait problème, c’était s’il mangeait de ces fameux fromages à l’odeur radioactive pendant que je mâchonnais des feuilles de menthe.

Je mis un instant à comprendre où il voulait en venir avec les Bièraubeurre et, quand ce fut fait, j’éclatais de rire. Je me blottis ensuite contre lui avec plaisir, appuyant ma tête contre la sienne tout en regrettant qu’il porte un masque : je ne pouvais pas lui ébouriffer les cheveux.

« Mais qui te dit qu’il faut que je boive pour succomber à tes charmes? Si je bois trop, tu vas devoir me traîner jusqu’au château et ça risque de ne pas être une mince affaire alors ne m’incite pas à finir archi-saoule. »

J’aimais bien le taquiner et je ponctuais la fin de ma phrase d’un baiser. Je profitais ensuite de ses mélanges plus ou moins hasardeux, mais tous délicieux. J’avais déjà pas mal mangé quand la musique commença. Aussitôt je redressais la tête et je me levais lorsque Maximilian m’y invita.

« Si je sais valser? Je suis une excellente danseuse! C’est bien l’un des rares domaines où je ne fais pas honte à mon père. »

Je me dirigeais donc vers la piste de danse avec lui et, une fois nos mains bien en place, il me fit danser. Pendant la première moitié de la chanson, je n’avais eut d’yeux que pour lui, parce que j’avais encore un peu de mal à réaliser à quel point j’étais heureuse d’être à ce bal avec lui. Puis, j’avais commencé à regarder autour de nous pour détailler les costumes et les niveaux en danse des autres élèves et même de quelques professeurs. Certains étaient carrément impressionnant, dont un diable qui changeait régulièrement de partenaire.

« Hé, mais le diable avec les grandes cornes c’est Achéron! Il faudra que je t’abandonne le temps d’une danse quelque part dans la soirée, c’est son anniversaire aujourd’hui. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ parchemins : 63 ϟ Gallions : 155 ϟ Âge : 15 ϟ Sang : pur ϟ Année d'étude : 5ième Age : 37
Serdaigle • Cinquième année ─
MessageSujet: Re: Les soirs de bal, la piste brille plus que les étoiles   Mer 10 Juin - 20:13

  Maximilian, jeune gastronome expérimentateur, fut amusé par la réflexion de Meredith à propos des fromages forts. C'étaient des idées assez répandues et pas tout à fait fausses pour ce qui était de l'haleine. Pour l'odeur en revanche, on s'y habituait assez facilement.
 
- Qui pue, qui pue… C'est pas du fumier ou de la bouse de troll non plus. Et le principe en partageant, c'est qu'on aura la même haleine de cheval. Plaisanta-t-il en la recevant contre son épaule et en lui passant le bras autour de la taille. Quant à la bière, si je n'en ai pas besoin, j'ai tout intérêt à surveiller ta consommation alors, j'ai pas les bras de mon personnage hélas.
 
Une fois sur la piste, tout devint magique, plus encore que leurs baguettes ou les créatures qu'ils étaient amenés à côtoyer. Il s'agissait donc d'Achéron déguisé en diable ? Elle lui en parlait assez souvent mais il ne l'avait encore jamais vu et ce n'était clairement pas ce soir qu'il se ferait une idée précise de sa tête avec le déguisement qu'il avait réalisé.
 
- Donc, ton ami s'appelle Achéron, se déguise en diable et est né un 31 octobre ! C'est sa nature ou il se force ? Parce que là, c'est plus du total look, c'est encore plus profond que ça ! Analysa-t-il, à la fois amusé et dubitatif. Mais en effet, Il va absolument falloir que tu lui accordes une danse avant minuit pour ne pas être en retard.
 
Le jeune homme pouvait bien se montrer compréhensif et ne pas montrer les crocs de la jalousie. Il ne savait que trop ce que c'était de se retrouver seul, sans personne pour se souvenir des dates importantes et même s'il était loin d'être un ange de compassion, il ne sentait pas de priver quelqu'un de la chance d'être entouré.
 
- Tu n'auras qu'à en profiter pour nous présenter… Mais attends ! C'est quoi déjà son nom de famille ?
 
Histoire d'en rajouter encore un peu dans le total look démoniaque. Mais s'il posait la question c'était parce qu'il venait de penser à Styx qui sévissait dans sa maison et qui parlait régulièrement de sa famille nombreuse. Or il lui semblait bien l'avoir entendu parler du diable rouge. Si ces deux là étaient frères et sœurs, il en rirait bien fort.
 
- Et après ces tours de danse qu'est ce que tu voudras faire ? Une ballade au clair de lune, aller se moquer des perdants du concours de duel ? Qu'est ce que tu préfères, garce vénéneuse ?
 
Le Serdaigle avait pensé à "mon petit pot pourri" Mais ce n'était pas assez virulent pour eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Les soirs de bal, la piste brille plus que les étoiles   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les soirs de bal, la piste brille plus que les étoiles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'amour ne brille jamais sous les étoiles... ... [Fe]
» L'amour brille presque sous les étoiles... Ou pas [EVEN] [EN COURS]
» En a marre de rester seule tous les soirs
» Là-haut, là où l'eau brille
» Tout ce qui brille est voué à s'éteindre || Light C. Windsor

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LUMOS ! ::  :: Alentours de Poudlard :: • Bal de Halloween-