AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
75
144
72
80

Partagez | 
 

 Être Préfet? Quelle plaie ! [Tove]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ϟ parchemins : 203 ϟ Gallions : 371 ϟ Âge : Seize ans ϟ Baguette : Vingt-sept centimètres – bois d’orme – ventricule de cœur de dragon ϟ Sang : Pur ϟ Année d'étude : Sixième année
Préfète Serpentard • Sixième année ─
MessageSujet: Être Préfet? Quelle plaie ! [Tove]   Jeu 23 Avr - 0:08

Jeudi, dix-sept heures trente. En une demi-heure, après la dernière sonnerie de la journée, Enska s'était rendue dans son dortoir au pas de course, avait jeté son sac sur Ave qui dormait sur son lit et l'avait échangé avec son manuel de Sortilèges avancés, s'était constitué une réserve de pain, fromages et fruits qu'elle avait emballés puis fourgués dans ses poches, avant de monter au premier étage.
En arrivant dans le couloir, Enska constata avec un plaisir pervers que la douzaine d'élèves venus pour purger leur peine se trouvaient déjà là, à attendre qu'elle les fasse entrer dans la salle d'étude. Après avoir fait un détour par le bureau des Préfets pour y récupérer le travail qu'elle leur imposerait, elle longea leur rang désordonné la tête haute, sans leur adresser un regard. Puis, d'un mouvement gracile de sa baguette, elle fit s'ouvrir la porte. Alors que les élèves lui emboîtaient le pas, Enska fit simplement claquer sa langue pour leur signifier son désaccord : ils ne pénétreraient dans la salle que lorsqu'elle leur en donnerait l'autorisation.
Lentement, à gestes excessivement précautionneux, Enska s'installa alors derrière l'un des bureaux destinés aux surveillants. Elle sortit le tas de parchemins du dossier où était inscrit en gras "Retenues" et les feuilleta d'un œil distrait : différents sujets de dissertations sur les potions, les sortilèges et toutes autres matières générales s'y trouvaient, tous étaient nominativement assignés aux différents élèves. Enska rit intérieurement en imaginant les mines déconfites qui n'allaient plus tarder à s'afficher sur les visages de ceux qui avaient osé affronter son autorité ou le règlement. Enfin, elle se tourna vers les élèves.

- Entrez. Dans le silence. Espacez-vous d'une table à chaque fois. Je ne veux pas qu'un voisin facétieux puisse vous déconcentrer, du travail vous attend, annonça-t-elle avec un sourire mauvais.

Lorsqu'ils furent tous assis et correctement répartis dans la pièce, Enska envoya les parchemins sur leurs tables. Voilà de quoi les occuper pendant quatre heures, songea-t-elle, satisfaite.

- Vous avez jusqu'à vingt-deux heures. Vos écrits seront bien entendu notés par le professeur concerné. Si un seul d'entre vous se fait remarquer pendant cette retenue, vous serez tous collés pour trois nouvelles heures. Bon travail.

Enska s'enfonça un peu plus dans son fauteuil tandis qu'elle ouvrait son manuel. Il était presque dix-huit heures et elle agitait déjà sa baguette dans les airs sans prononcer un mot ; elle avait prévu de se divertir en s'entraînant aux sortilèges informulés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ parchemins : 87 ϟ Gallions : 161 ϟ Âge : 17 ans ϟ Baguette : Bois d'acacia et coeur de dragon ϟ Sang : Mêlé ϟ Année d'étude : Septième année
Préfet Poufsouffle • Septième année ─
MessageSujet: Re: Être Préfet? Quelle plaie ! [Tove]   Jeu 23 Avr - 12:14

Tove ne détestait personne. Il était d'un naturel aimant. Des années d'apprentissage de la magie et de méditation l'avaient conduit à une parfaite harmonie avec son corps et ses fluides cosmiques. Il n'était que paix. Il n'était qu'amour. Rien ne l'atteignait. Paix. Amour.
Putain.
Qu'est-ce que Tove pouvait haïr Enska Storminn.

En soi, il n'avait rien contre la préfète des Serpentards. Il ne pouvait qu'apprécier son caractère affirmé et sa détermination. Si elle décidait d'être une parfaite connasse et de coller des retenues à des dizaines d'élèves avec une application sadique, ce n'était pas son problème et il n'avait rien à y redire. Sauf que le règlement intérieur comportait quelques règles charmantes. Du style : un préfet peut surveiller un maximum de dix élèves en retenue. Le calcul était simple. Il suffisait qu'Enska décide de coller disons, onze élèves, pour que Tove se retrouve comme par magie de garde, lui aussi.

Tove Winch était donc la personne la plus grognonne de la planète en arrivant dans la salle d'étude. Enska était déjà là, accompagné de son armée d'élèves en retenue, comme si elle voulait passer le plus de temps possible à les regarder souffrir. Certains élèves, des Poufsouffles, le regardèrent comme si il était le messie venu les délivrer. Désolé, les mecs. Mais non. Il alla sans un mot s'installer à coté d'elle, posant son sac avec le plus grand des fracas.

« Oh, Enska Storminn » fit-il entre ses dents. « Quel plaisir de passer quatre heures à ne rien faire à tes côtés. C'est pas du tout comme si j'avais d'autres trucs à faire. Genre réviser. Tu sais ? Pour les examens que tu passes pas cette année. »

Oui, il avait encore une année entière avant de passer ses ASPIC. Oui, il abusait. Et alors ? C'était quand même son droit d'être un grand angoissé.
Tove sortit tous ses manuels en les étalant avec soin sur la table et en prenant le plus de place possible. Puis il sortit sa baguette sous la table, sans un mot, et tout en faisant semblant de lire, lança des contre-sorts informulés en direction d'Enska pour l’empêcher de réussir les siens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ parchemins : 203 ϟ Gallions : 371 ϟ Âge : Seize ans ϟ Baguette : Vingt-sept centimètres – bois d’orme – ventricule de cœur de dragon ϟ Sang : Pur ϟ Année d'étude : Sixième année
Préfète Serpentard • Sixième année ─
MessageSujet: Re: Être Préfet? Quelle plaie ! [Tove]   Ven 24 Avr - 0:52

Enska leva calmement les yeux quand Tove laissa lourdement tomber son sac sur le bureau, recouvrant partiellement son manuel de sortilèges. Elle accueillit son collègue de Poufsouffle avec un sourire qui transpirait l'hypocrisie.

- Ah, Toto Winch, j'espérais que ce soit avec toi qu'on me couple, ce soir. Ah ben, oui... je l'ai expressément demandé, rien d'étonnant, en fait, suis-je bête ! Son sourire mauvais n'avait pas quitté ses lèvres.

Elle l'observa tranquillement étaler ses affaires. Il avait visiblement emporté la moitié de la bibliothèque avec lui et Enska jeta un œil intéressé sur les ouvrages ; elle en aurait bien parcouru quelques uns. Elle soupira alors, l'air amusé.

- Mais Toto, c'était vraiment altruiste de ma part, de t'offrir ce temps en ma compagnie ! Tu connais ma sympathie pour toi : elle est quasi-inexistante. Passer quatre heures dans un silence religieux ne pourra que t'aider à étudier. Ne vois-tu pas que nous en sortirons tous deux gagnants : toi, tu emploieras ton temps à travailler dans le calme et moi... j'aurais eu la satisfaction de t'imposer de passer du temps en ma présence. Et je sais combien ça t'irrite. Elle lui lança un regard d'excuse tout sauf sincère.

Délicatement, elle repoussa les affaires de Tove qui recouvraient son livre et recommença à faire bouger sa baguette dans les airs, faisant comme si le Poufsouffle ne l'avait jamais interrompue. Enska visait des objets au fond de la salle, cherchant à les faire prendre feu. Elle était déjà parvenue à enflammer la poubelle avant de l'éteindre rapidement (personne n'avait rien remarqué) et elle essayait maintenant de s'en prendre à une table, rangée contre le mur. Le sort n'était pas difficile à maîtriser, et ce n'était pas la première fois qu'Enska s'amusait de la sorte. Elle fronça donc les sourcils en constatant que ses tentatives restaient vaines et se demanda ce qui clochait avant de tourner la tête vers Tove. Mais bien sûr. C'était évident. Lasse, elle posa le coude sur le bureau et se tint la tête dans la main, tournée vers le Poufsouffle.

- Très amusant, tes petites manœuvres, Winch. Tu ne m'as pas bassinée parce que tu voulais réviser, tout à l'heure? Pourquoi n'emploierais-tu donc pas ton temps intelligemment, mh? Elle s'adressait à lui comme s'il avait été un enfant un peu lent.

Elle se saisit alors d'un livre de Tove, l'ouvrit et le jeta devant lui.

- Tu préfères que je te fasse la lecture, peut-être?

Elle pointa sa baguette sur l'une des pages et tout le texte inscrit changea. Ce qui était avant un cours de Défense contre les Forces du Mal se transforma en divers contes et comptines pour enfants. Enska leva ensuite la main pour aller caresser les cheveux de Tove, comme elle l'aurait fait pour un enfant ronchon.

- Voilà, Tovinou, tu as de quoi te distraire. Maintenant, laisse les grandes personnes faire ce qu'elles ont à faire.

Et Enska concentra à nouveau son attention sur le fond de la salle, se jurant intérieurement que s'il recommençait à la saboter, c'était à ses livres qu'elle mettrait le feu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ parchemins : 87 ϟ Gallions : 161 ϟ Âge : 17 ans ϟ Baguette : Bois d'acacia et coeur de dragon ϟ Sang : Mêlé ϟ Année d'étude : Septième année
Préfet Poufsouffle • Septième année ─
MessageSujet: Re: Être Préfet? Quelle plaie ! [Tove]   Ven 24 Avr - 14:59

La vie ne devait vraiment pas être facile pour le troisième année installé au premier rang. Pas facile de se concentrer sur une dissertation de potions quand on se retient de rire, de peur de se faire arracher la tête par une vipère blonde. Tove le voyait luter, se mordre les lèvres, alors qu'il assistait à l'échange perfide entre les préfets. Il faisait presque de la peine.

Tove, lui, regardait Enska avec un intérêt curieux, comme si il se demandait comment un simple corps humain pouvait contenir autant de venin. Parce que la Serpentarde était décidément une sacrée pétasse. Non seulement elle avait fait exprès de l'enfermer ici avec elle pendant quatre heures (pourquoi ? Pure méchanceté, probablement), mais en plus elle eut l'audace de lui caresser les cheveux. Oui Tove aimait qu'on touche ses cheveux. Mais curieusement, quand c'était elle, il avait envie de se les laver, à l'eau de javel, immédiatement. Et puis. Toto Winch. Toto, sérieusement ? Elle avait quel âge ? Il eut un petit rire qui ressemblait plus à un reniflement.

« Je comprends que tu aies du mal à te séparer de moi Enska Storminn. Après tout, je suis charmant. Mais c'est un peu égoïste de ta part de priver d'autres gens de ma présence, tu sais. »

Puis il lui adressa un sourire radieux, même si il avait fortement envie de la trucider à la vue de son manuel de Défense contre les forces du mal. Des contes pour enfants. Comme c'était mignon. Adorable. Si il n'arrivait pas à trouver de contre-sort, elle allait mourir. Tragiquement. Personne n'en saurait rien. On ne rigole pas avec les manuels de Tove.

« Petites manœuvres ? J'essaie juste de t’empêcher de foutre le feu au château, Enska Storminn. Ça s'appelle du bon sens, figure toi. De l’héroïsme, même. D'ailleurs je pense qu'on devrait me décerner une médaille, juste pour le temps que je passe avec toi. »

Il fit tourner paresseusement sa baguette entre ses doigts. Puis se pencha vers Enska, jusqu'à quasiment reposer sa tête sur l'épaule de la Serpentarde. Agita quelques secondes sa baguette, de sorte à ce que le texte inscrit sur le manuel d'Enska change lui aussi, la page se recouvrant de petits cœurs de toutes les couleurs. Certes moins original que les contes, mais le résultat était le même. Puis il se mit à parler, d'une voix sucrée.

« Mais je t'en prie, fais moi donc la lecture, puisque tu proposes. Je sais pas lire, après tout. »

Il se promit que si elle foutait le feu à un seul bureau dans le fond de la salle, elle allait le regretter amèrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ parchemins : 203 ϟ Gallions : 371 ϟ Âge : Seize ans ϟ Baguette : Vingt-sept centimètres – bois d’orme – ventricule de cœur de dragon ϟ Sang : Pur ϟ Année d'étude : Sixième année
Préfète Serpentard • Sixième année ─
MessageSujet: Re: Être Préfet? Quelle plaie ! [Tove]   Sam 25 Avr - 16:33

Ah, ce que Tove pouvait être amusant. Et il l'était d'autant plus quand on le titillait, Enska le savait depuis quelques temps déjà. C'était pour cela qu'elle avait voulu que ce soit lui qui lui tienne compagnie, ce soir-là ; elle passait toujours de bons moments, quand elle pouvait le faire souffrir et l'ennuyer. La plupart des gens l'indifféraient, mais Tove savait se montrer si imbu de lui-même et si peu discret dans son amour pour sa propre personne qu'il était devenu l'une des cibles privilégiées d'Enska.

- Mais... Tovichou, je fais profiter tous ces petits bambins de ta charmante compagnie, dit-elle en désignant d'un geste vague tous les élèves devant elle, parmi lesquels se trouvaient également des septièmes années. Et toi qui me traites d'égoïste, tssss.

La réaction du Poufsouffle était encore mieux que celle qu'elle avait imaginé, alors qu'il regardait son manuel se transformer en livre pour enfant. Parfait. Elle lui sourit affectueusement en l'écoutant.

- Il se trouve que je maîtrise parfaitement mes pouvoirs, mon cher, pas de crainte à avoir. Mais je vois que tu ne manques pas une seule occasion de faire gonfler ton égo déjà surdimensionné. Fais comme il te plaît. Qui suis-je pour juger, après tout?

Enska manqua alors de s'étouffer en observant, sans bouger, son propre livre se changer en une horreur digne d'un journal intime d'une adolescente fantasmant sur Lockhart. Sa mâchoire se crispa et elle expira lentement, cherchant à garder son calme.

- C'est adorable. Cela permet vraiment d'évaluer ton niveau.

C'était un sort qu'Enska avait pris l'habitude de lancer et elle savait comment l'annuler ; un coup de baguette sur son manuel et les cœurs disparurent, laissant place aux instructions sur l'Incendio. Elle n'accorda pas cette faveur au livre de Tove, cependant.

- Quoi, tu ne connais pas encore le conte du sorcier au cœur velu? C'est pourtant un classique... Bon, d'accord, on va commencer par étudier le vocabulaire.

Elle tapota alors sa baguette sur le livre de Tove et constata avec satisfaction les effets de son sort. Des longs poils se mirent à pousser sur toutes les pages du manuel de Défense contre les Forces du Mal, atteignant rapidement le sol.

- Tu vois, ton livre est désormais "velu". Ça veut dire "plein de poils". Et les coeurs, c'est ce que tu m'as gentiment dessiné, tout à l'heure, pour m'exprimer tout l'amour que tu me portes malgré toi.

Elle offrait un sourire rayonnant à Tove, tout en veillant à bien se cramponner à sa baguette, attendant la réplique du jeune homme. Du coin de l'oeil, elle pouvait voir que la plupart des élèves en retenue avaient levé le nez de leurs dissertations pour observer leur échange, et quelques uns s'étaient même mis à chuchoter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ parchemins : 87 ϟ Gallions : 161 ϟ Âge : 17 ans ϟ Baguette : Bois d'acacia et coeur de dragon ϟ Sang : Mêlé ϟ Année d'étude : Septième année
Préfet Poufsouffle • Septième année ─
MessageSujet: Re: Être Préfet? Quelle plaie ! [Tove]   Dim 26 Avr - 11:16

Pour être parfaitement honnête, ils étaient tous les deux ridicules, des sourires hypocrites emplâtrés sur le visage, derrière lesquels on pouvait clairement lire la plus grande irritation. En tout cas, Tove pouvait voir qu'Enska se retenait de l'étrangler, malgré son calme apparent, et supposait que c'était la même chose de son côté. Et la voilà qui à son tour grinçait entre ses dents des paroles mielleuses.
Et elle osait parler de son ego, alors qu'elle-même était la créature la plus hautaine et méprisante de ce bas-monde ? Fascinant.

Ça devait être sacrément dur de se concentrer dans ces conditions, il se dit. La plupart des élèves observait maintenant leur échange avec des yeux exorbités.

« Velu ? » fit-il en écarquillant les yeux avec candeur, ayant une brève vision de Bill disant la même chose. « Comme ça ? »

Il savait, en pointant sa baguette magique vers Enska, qu'il venait de franchir une frontière invisible. La dernière limite avant que le conflit éclate, réellement, et qu'il n'en ressortirait pas indemne. Mais voilà. Elle était en tort. Elle avait commencé. Elle avait déshonoré son manuel, et de ce fait, elle l'avait déshonoré lui, ainsi que toute sa famille, et dieu sait que ça faisait beaucoup de monde. Il regarda Enska d'un air presque désolé, alors qu'il abaissait sa baguette d'un petit coup léger du poignet.
Il devait avouer qu'elle se démerdait bien, en sortilèges, la garce. Mais il avait une année de plus à son actif, et il ne se couchait pas tous les jours à quatre heures du matin pour rien. En quelques secondes, Enska n'eut plus rien à envier à ces espèces de chiens tellement poilus qu'on ne distingue plus l'avant de l'arrière. Sourcils, barbe, moustache et cheveux, elle était maintenant assortie à son manuel de défense contre les forces du mal.

« Oh, oups, désolé, quel maladroit. Décidément, je suis vraiment mauvais. Tu remarqueras que c'est assorti à tes cheveux. »

L'élève du premier rang était en train de s'étouffer avec sa propre salive, les yeux larmoyants à force de se retenir de rire. Tove avait peur qu'il fasse une crise cardiaque et meure sous leurs yeux. Ça ferait tâche dans leur dossier. Quoi qu'avec un peu de chance, il pourrait dire qu'Enska l'avait assassiné. Enjoy ton séjour à Azkaban, pétasse !

« Tu sais, t'es presque mignonne, comme ça. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ parchemins : 203 ϟ Gallions : 371 ϟ Âge : Seize ans ϟ Baguette : Vingt-sept centimètres – bois d’orme – ventricule de cœur de dragon ϟ Sang : Pur ϟ Année d'étude : Sixième année
Préfète Serpentard • Sixième année ─
MessageSujet: Re: Être Préfet? Quelle plaie ! [Tove]   Dim 26 Avr - 22:54

Comme ça? Les mots firent écho dans la tête d'Enska et, avant qu'elle ne bouge le moindre doigt, Tove lui avait déjà jeté son maléfice. Effarée, elle regarda alors ses franges de sourcils lui tomber devant les yeux et une sublime barbe atteindre sa poitrine. Enska se mit à furieusement se mordre l'intérieur des joues, puis sa lèvre inférieure alors que sa main se crispait sur sa baguette d'une telle force qu'elle manqua de peu de la briser. A travers la superbe moustache qui dissimulait désormais sa bouche, Enska adressa à Tove son sourire le plus mauvais, la respiration haletante et les yeux exorbités d'où émanait alors toute la haine et la folie dont savait faire preuve la Serpentard.

- Fabuleux, Tove. Vraiment. Merci.

Son bras qui tenait sa baguette caché sous sa longue barbe, Enska la pointa alors vers Tove et murmura une formule entre ses dents. Un jet de lumière bleue en jaillit, frappant le Poufsouffle en pleine poitrine. Admire, maintenant.
Quand le sort toucha Tove, un léger bruit de craquement se laissa entendre et Enska observa avec satisfaction les manches de son collègue se fendre aux épaules, entraînées par les bras du jeune homme qui tombaient alors au sol. Atterrissant sur leurs mains, dont une tenant toujours sa baguette, les membres de Tove se dressèrent sur leurs doigts et se mirent à courir allégrement entre les rangées de tables. Les élèves en retenue exprimaient hilarité, peur, incompréhension et choc tout à la fois ; Enska en était ravie. Elle riait, faisant se soulever les poils qui recouvraient son visage alors qu'elle pouffait. Après quelques secondes seulement elle daigna se préoccuper de la réaction de Tove, sans plus se soucier de sa pilosité.

- Je suis si douée que les bras t'en tombent, on dirait, Toto ! s'exclama-t-elle, un rire semblable à celui d'une hyène ponctua sa phrase.

Elle prit un instant pour essuyer les coins de ses yeux car elle était prise d'un fou rire incontrôlable qui l'avait menée aux larmes. Ce maléfice, de son invention, avait déjà fait ses preuves par le passé, mais l'utiliser sur Tove Winch lui donnait envie de grogner de contentement. Personne ne méritait ça autant que toi, mon p'tit Winchou. Tapant du poing sur la table, elle devait se tenir le ventre, riant tellement qu'elle en avait mal aux abdominaux.

- Comme tu l'as sûrement deviné, ceci est un sortilège de ma création, j'espère que tu sauras apprécier la qualité de ma magie à sa juste valeur, mon Winchou. Peut-être que si tu te montres poli avec moi, à l'avenir, je partagerai avec toi le contresort qui te permettra de retrouver tes bras...

Au fond de la salle, les bras de Tove avaient entamé un combat de pouces et les élèves s'étaient à présent tous retournés pour les regarder faire. Beaucoup d'entre eux s'étaient joints au fou rire d'Enska. D'un nouveau coup de baguette, celle-ci arrangea l'état du manuel de Tove : les poils en disparurent, et ses pages retrouvèrent leur contenu initial. Enska commença ensuite à entortiller sa jolie barbe autour de son doigt. Simplement parce qu'elle pouvait utiliser ses mains, elle. Son fou rire la reprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ parchemins : 87 ϟ Gallions : 161 ϟ Âge : 17 ans ϟ Baguette : Bois d'acacia et coeur de dragon ϟ Sang : Mêlé ϟ Année d'étude : Septième année
Préfet Poufsouffle • Septième année ─
MessageSujet: Re: Être Préfet? Quelle plaie ! [Tove]   Lun 27 Avr - 15:07

Alors que la simple idée de ne pas finir ses devoirs pouvait le faire paniquer à l'en rendre dingue, Tove prenait la perte de ses bras avec un certain calme. Il envisageait, avec philosophie, la perspective de vivre sa nouvelle vie sans bras. Il allait lui falloir un temps d'adaptation, certes. Pour le Quidditch, ça allait être compliqué, mais on trouverait une solution : en changeant de poste, peut-être ? Il allait également être délicat de lancer des sorts, mais certains s'en sortaient très bien sans baguette. Il allait simplement devoir bosser ses informulés avec un peu plus d'application, mais ça ne risquait pas de poser problème. En revanche, il y avait certaines activités qui allaient être compliquées sans mains. Tove soupira.
Enfin bref, dans l'hypothèse où Enska n'avait, en fait, pas établi de contre-sort fonctionnel, il était prêt.

Il regarda donc la Serpentarde avec une certaine sérénité, attendant qu'elle ait fini de caqueter comme une poule hystérique.

« Plutôt impressionnant, Enska Storminn. J'ai entendu parler de ce sort là, mais j'avoue que je l'ai jamais vu en action. Par contre, je t'ai rajouté des trucs, et tu m'en as enlevé. Ça me semble pas être un échange équitable. »

Plusieurs possibilités s'offraient maintenant à lui.

Riposter. Question d'honneur, évidemment. Enska avait frappé, il se devait de répondre, avec au moins autant de force. Des tas de formules dansaient dans sa tête, chacune plus alléchante que sa voisine, toutes servant le but de défigurer Enska, oh, pas définitivement, non, mais juste assez pour lui faire perdre son sale sourire hypocrite. Seulement, problème : sa baguette s'était faite la malle, en même temps que ses deux bras. Il eut vaguement dans l'idée qu'il pouvait essayer de les contrôler à distance, mais renonça aussi sec.
Il lui restait sa tête. Non, pas pour réfléchir. Mais pour foutre un coup de boule monumental à sa collègue. Oh, ça aussi, c'était tentant. Mais casser le nez de la blonde devant un public n'était pas une bonne idée, pas si il voulait conserver sa vie, son honneur, son titre.

Sinon, à moins d'un miracle, il y avait aussi l'abandon. S'écraser. Se « montrer poli avec moi à l'avenir », comme disait l'autre (pourtant, il n'avait été qu'un concentré de politesse depuis le début!). La seule perspective de s'excusait le faisait vomir. Pas moyen qu'il déclare forfait face à cette hyène au rire hideux. Sérieusement, les gens n'étaient pas censés être plus beaux quand ils riaient ?
Il remarqua au passage qu'Enska avait rendu à son manuel sa forme initiale ? C'était une ébauche de paix ? Ou un piège ? OH. Elle essayait de le piéger, la fourbe !

Il regarda encore quelques secondes Enska en passant sa langue sur ses lèvres sèches, réfléchissant.
Oh.
Il avait trouvé.
Une solution parfaite.
Une solution qui allait faire perdre à Enska tous ses moyens, et cet affreux sourire. Une solution miracle. C'est donc persuadé de faire la seule chose raisonnable qu'il se pencha vers sa collègue pour planter ses lèvres sur les siennes, avec autant de chaleur qu'on embrasse son arrière grand-mère. Alors qu'il reculait, tous sourires, un silence de mort tomba sur la pièce.

« T'as gagné, Enska » le prénom solitaire roula sur sa langue, atrocement familier. « Tu es la plus belle, la plus forte, la plus intelligente » la plus poilue. « Peux-tu maintenant me rendre mes bras s'il te plaît ? »

Intérieurement, il hurlait d'avoir du en arriver à cette extrémité. Il allait sûrement mourir.

« Oh, et. Laisse tomber le « Toto ». C'est gênant, pour toi je veux dire. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ parchemins : 203 ϟ Gallions : 371 ϟ Âge : Seize ans ϟ Baguette : Vingt-sept centimètres – bois d’orme – ventricule de cœur de dragon ϟ Sang : Pur ϟ Année d'étude : Sixième année
Préfète Serpentard • Sixième année ─
MessageSujet: Re: Être Préfet? Quelle plaie ! [Tove]   Mar 28 Avr - 1:26

Surprise par le calme avec lequel Tove prit son démembrement, Enska le fixait comme s'il était définitivement devenu fou. Comment peut-il rester de marbre? Puis il la complimenta et Enska lui répondit par un sourire satisfait, certainement caché par sa barbe.

- Je te remercierais bien, mais mon amour-propre me l'interdit.

Toujours tournée vers le Poufsouffle, Enska se mit à tresser sa moustache, les yeux dans le vague. Elle n'avait pas vu qu'il la regardait avec insistance, et elle n'avait pas pu prévoir ce qui se passa ensuite.

Enska ne portait pas Tove A. Winch dans son cœur, oh ça non. Mais leurs querelles avaient toujours su rester bon enfant ; du moins, c'était ainsi que l'envisageait Enska. Mais à ce moment, la barrière qu'il venait de franchir, celle qui avait su les contenir, se détruit. La chair molle des lèvres de Tove effleura les siennes et, alors qu'il les décollait déjà, la respiration d'Enska s'arrêta. Une grimace de dégoût sur le visage, elle réprima un haut-le-coeur et une immense envie de lui briser le crâne sur le bureau. Sans écouter ce qu'il lui dit ensuite, elle se leva brusquement, sa chaise grinça et tomba dans son élan. Raide, les poings serrés, elle se dirigea vers le fond de la salle, digne malgré son apparence ridicule. Là, elle s'empara des deux bras qui se tâtaient mutuellement les biceps et les porta jusqu'à leur propriétaire. Sans ménagement, elle les jeta sur le bureau, sous le nez de Tove ; ils étaient devenus immobiles et flasques.

- Agglutino ! siffla-t-elle entre ses dents.

Les bras de Tove se soulevèrent, allant se raccrocher aux moignons qu'ils avaient laissés en se détachant de son corps. Enska ricana.

- Voilà une partie de la formule qui permet d'annuler les effets de mon sort. Tu constateras seulement que, si elle est incomplète, ses résultats sont quelque peu... décevants.

En effet, les bras s'étaient bien ressoudés aux épaules de Tove, mais le droit et le gauche s'étaient inversés. Le Poufsouffle avait l'air d'un pantin ridicule, monté à l'envers.
Enska ne lui pardonnerait jamais d'avoir violé sa bouche, de lui avoir volé son premier baiser. Non pas qu'elle y accordait une si grande importance, mais sa fierté en hurlait de rage.
Elle avait voulu terminer leur petit affrontement, arranger leurs petits différends à l'amiable, mais Tove s'était montré trop insolent. Elle lui aurait livré le contresort de bonne grâce, mais il était trop tard, maintenant.

- Si ce léger handicap te dérange, je te conseille de passer voir madame Pomfresh. Mais je ne suis pas sûre qu'elle sache régler ton problème. Peut-être qu'il faudra même que tu passes par Sainte Mangouste... Tout ce temps que tu vas perdre, tous ces cours que tu vas manquer... Quel dommage !

Alors, Enska commença de rassembler ses affaires, prête à laisser à Tove le privilège de surveiller les élèves en retenue pour les heures qui restaient. Elle pointa sa baguette en direction de son visage et sa pilosité extravagante disparut.


Dernière édition par Enska Storminn le Mar 28 Avr - 19:18, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ parchemins : 87 ϟ Gallions : 161 ϟ Âge : 17 ans ϟ Baguette : Bois d'acacia et coeur de dragon ϟ Sang : Mêlé ϟ Année d'étude : Septième année
Préfet Poufsouffle • Septième année ─
MessageSujet: Re: Être Préfet? Quelle plaie ! [Tove]   Mar 28 Avr - 15:28

Elle était étrange, la sensation d'être complètement à l'envers. Tove contemplait, pensif, ses nouvelles mains aux pouces vers le dehors, si familières et pourtant si peu à leurs places. Enska devait être si satisfaite, derrière son apparente fureur. Il n'arrivait pas être fâché. Il s'attendait à tellement, tellement pire.
Mais le pire, Enska lui offrait, maintenant, en quittant la salle.

Il avait pensé, au départ, qu'elle ne savait pas. Qu'elle ne savait pas à quel point ça l'angoissait, de perdre son temps, une peur ridicule qui lui bouffait ses nuits, et qui rendait chaque seconde vitale : il fallait être actif, réviser, tout le temps. Ne pas perdre son avance. Vital. Oui, il avait pensé, naïvement, qu'Enska n'en savait rien, que c'était de bonne guerre. Mais après ses dernières phrases, il comprit. Elle savait. Elle savait, et elle l'avait fait exprès. Elle se régalait, de le voir perdre pied, la salope.
Il ne savait pas qui des deux a gagné, au final. En voyant la réaction d'Enska, dégoûtée, catastrophée, bien plus ébranlée que ce qu'il aurait pu prévoir, il s'était dit que c'était lui. Mais au final, elle avait ce qu'elle voulait : lui, coincé dans cette salle pour encore trois heures. Match nul, sans doute.

Il regardait Enska rassembler ses affaires pour partir, faisant disparaître d'un coup de baguette sa pilosité. Il avait envie de l’arrêter, de la rattraper. Et de lui faire mal, vraiment, pas juste pour de faux. Il savait qu'il ne le ferait pas. Alors il ne bougea pas, se contentant de la fixer, d'un air presque neutre, alors que la totalité des élèves de la salle retenait sa respiration. Il eut peur un instant, que certains s'étouffent. Peut-être que c'était à lui de dire quelque chose.

« Salut. »

C'était le seul truc qui avait bien voulu quitter ses lèvres. Un au revoir, sans aucune intonation. Pas de moquerie, pas d'humour, pas même de cette haine qui lui suintait par tous les pores. Il regardait Enska partir, et lui disait au revoir, quoi de plus normal ? C'était ridicule, compte tenu de ce qui s'était passé. C'était aussi le mieux qu'il pouvait faire.

Dès que la chevelure bonde d'Enska disparut à travers la porte, il se détourna. Tant bien que mal, avec ses mains mal coordonnées, ouvrit un autre manuel, au hasard, n'importe quoi sauf de la défense contre les forces du mal. Il se promit de passer à l'infirmerie, plus tard, et tant pis pour le temps perdu. Tant pis pour le temps perdu, il se répétait.
Personne n'osait dire un mot dans la salle, même maintenant qu'Enska était parti. Peut-être que l'expression de Tove les en dissuada.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Être Préfet? Quelle plaie ! [Tove]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Être Préfet? Quelle plaie ! [Tove]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Trou du cul du monde, qui t'as demandé de me suivre, d'abord ?
» Quelle est la base du développement ?
» Quelle est votre bande de prédilection?
» Quelle bande de nazes!
» quelle est cette décoration militaire ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LUMOS ! ::  :: Le Premier Etage :: • Salle d'étude-